We Love Japon
/
/
We Love Japon

We Love Japon

Le Japon, cet archipel de 125 millions habitant sur 377 975 km2, dont la capitale Tokyo, est encore aujourd’hui, en 2022, la ville la plus peuplée au monde. Le Japon se dit “Ni-Hon” en japonais, il s’écrit 日本, soit par lecture littérale, “les origines du soleil”. Une histoire qui lui est propre, lui qui a pu profiter de son insularité pour se retirer du monde pendant près de 3 siècles (entre le début du XVIIe siècle et 1868). Un système de valeur qui fascine sur chaque hémisphère.

Le Japon fait parlé presque quotidiennement de lui. Et lorsque ce n’est pas l’œuvre de sa sous-culture manga qui a pris le leadership des ventes de livre dans le monde, de nombreux pans de son histoire continue de faire fantasmer les psychés. Geisha, Samuraï, sont autant de mots qui ouvrent la voie vers l’imaginaire d’un Japon féodal qui continue d’abreuver les productions vidéoludiques.

Tatemae & Honne

Le Tatemae [ou 建前] est un concept japonais qui régit en grande partie la vie en société. Il se traduit le plus souvent par “la face”. Il représente l’ensemble des codes qu’il est bon de respecter, et nécessite de montrer en toutes circonstances une image de soi-même qui soit lié à cette notion. Ainsi, si vous prenez la posture de celui qui raconte une blague, vous êtes sûr que l’auditoire la trouvera drôle, même si elle ne l’est pas ! Le tatemae de votre auditoire sera la réponse. Il en va ainsi de chacune de vos actions dans la vie en société. C’est la raison pour laquelle il est extrêmement difficile de se faire une idée de ce que les Japonais qui vous entourent pensent de vous.

A contrario, le “honne” ou sentiment véritable s’exprime par intermittence. On le dit souvent lié à la consommation excessive d’alcool. Le “Honne” ne s’exprimant que rarement, il vous faut en profiter autant que possible pour connaître la “vérité” sur l’image que vous avez.

Si vous voulez vivre un jour dans ce merveilleux pays qu’est le Japon, il va vous falloir faire preuve de courage pour traverser le Tatemae de vos interlocuteurs et voir apparaître leur Honne, mais ne faites pas preuve de manque de jugeote en comparant le tatemae à de l’hypocrisie. Il s’agit plutôt d’un haut degré de raffinement apporté à l’échelle d’une société tout entière.

Rien dans le cri
des cigales suggère qu’ils
sont sur le point de mourir

Matsuo Basho

Maître Haiku

L'Art de l'estampe

L’ukyo-e, également nommé “estampe japonaise”, est un art pictural qui s’est développé à partir du XVIIe siècle, connaissant son apogée au XIXe siècle, jusqu’à sa rencontre avec l’Occident qui inspira, pour un temps, de nouveaux codes dans l’art japonais avant que, de nouveaux mouvements dits “nihonga” [ou “日本画“] porté notamment par Hasui Kawase [littéralement “image japonaise”], ne la réhabilitent.

Très apprécié par toutes les classes de la société, l’art de l’ukyo-e, qui signifie littéralement “peinture du monde flottant” était un élément décoratif des foyers japonais. Contrairement à la plupart des peintres européens, les artistes de l’ukyo-e, parmi les plus célèbres Hokusai, Hiroshige ou Utamaro, l’étaient déjà de leur vivant. Ils gagnèrent la reconnaissance internationale après que des artistes parmi lesquelles Manet, Monet, ou encore Van Gogh, y trouvèrent inspiration, lançant la vague du “japonisme” dans l’art occidental.

La Nature, la faune, la flore, et les symboles de l’archipel nippon y sont abondamment représentés. Le Mont Fuji, déifié dans le shintoïsme local, apparaît comme un élément qui a gagné la reconnaissance de l’ensemble de l’humanité tant il fut représenté par les deux grands maîtres de l’estampe de paysage, Hokusai et Hiroshige.

Partager cet article

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commencer à taper et appuyer sur Entrée pour démarrer la recherche

Votre carte

Votre panier est vide.